Éducation au Développement durable et didactiques du curriculum - Conférence au XIXe Colloque AFIRSE, Lisbonne - Jean-Louis Martinand



Mots clés :

Didactique curriculaire - Dispositions - Éducation au développement durable – Types curriculaires

Résumé :

L’éducation au développement durable (EDD) bouscule les didactiques de discipline : alors que celles-ci ont pris implicitement pour objet les processus d’enseignement - apprentissage de savoirs structurés en disciplines du secondaire ou de l’université, il n’est pas pertinent de supposer qu’on puisse « enseigner et apprendre » le développement durable. En effet, si « développement durable » est bien un concept, c’est un concept politique mobilisateur, ou une norme, à la signification évolutive avec les débats et les orientations politiques, et qui ne peut être « scientifisé ».
Sur le plan de la politique d’éducation, l’EDD aurait alors pour mission la formation par l’éducation de dispositions (attitudes et compétences) (Bourdieu, 1998) individuelles et collectives pour des actions favorable à un développement durable, tel que celui-ci est interprété et accepté localement et momentanément. Il n’y aurait « éducation au développement durable » que si et seulement si des enjeux de développement et de durabilité étaient au cœur des activités éducatives.
Sur le plan de la stratégie éducative, la mission de formation de dispositions conduirait alors à privilégier des actions éducatives, a-disciplinaires et partenariales (équipe éducative, parents, associations, collectivités territoriales) de développement durables (Lange et Martinand, 2010). Ces actions seraient en même temps des actions de développement durable, qui brisent les clôtures de la classe et de l’école, et exigent le montage de projets, leur réalisation, leur évaluation, et leur publicité dans le milieu social.
Fondamentales, ces actions éducatives de développement durable ne peuvent cependant constituer qu’une part de l’ensemble des activités formatrices de dispositions pour développement durable. Elles devraient être complétées par deux autres types d’activités élaboratrices de « points de repères » plus objectifs :
- des investigations multiréférentielles d’enjeux de développement et de durabilité, par exemple avec la méthode des scénarios prospectifs, ou l’organisation de débats ;
- des contributions de disciplines du secondaire ou de matières du primaire, en partie reconfigurées, à l’élucidation de problèmes de développement durable (par exemple modélisations et simulations, usage et critique d’indicateurs)
Sur le plan de la technique éducative, l’EDD ainsi précisée poserait alors de nombreux problèmes didactiques d’élaboration de contenus et de démarches éducatifs. La période récente a vu une restriction des conceptions curriculaires au type « curriculum orienté par des compétences ». Dans la perspective présentée, les types curriculaires « orienté par des contenus structurés » et « orienté par les processus » (Ross, 2000) seraient aussi nécessaires.
En ce sens, et parce que l’EDD n’est pas une pure action pédagogique sans contenus, il y a besoin d’une didactique curriculaire de l’EDD.

Jean-Louis Martinand, Professeur émérite UMR.STEF, École normale supérieure de Cachan

Documents joints
Éducation au Développement durable et didactiques du curriculum - Jean-Louis Martinand (PDF, 425.1 ko) (PDF, 425.1 ko)