Nom de l'établissement : LEGTA de Tours-Fondette et Agrocampus Ouest site de Beg Meil
Localisation : Indre et Loire et Finistère
Personne-ressource et contact : Jean François Le Clanche
Présentation : Le lycée offre des formations agricoles variées, du niveau BEP, Bac pro, Bac techno, Bac scientifique, au niveau BTSA. Son offre de formation couvre à la fois les domaines de horticulture, des technologies animales, de la viticulture. Il se situe prés de Tours en zone péri-urbaine.

Lien vers le site internet du lycée : http://www.tours-fondettes.educagri.fr/

Les limites actuelles du modèle productiviste breton et perspectives d'évolution.

Thèmes abordés (Lesquels, liens avec les référentiels)  : L.O.A de 1960-1962, L.O.A de 1999, modèle de l'agriculture familiale modernisée, limites du modèle agricole productiviste et impact sur l'environnement social et humain. D.32 et activité pluridisciplinaire 4 (analyse d'exploitation).
Emergence du projet (Contexte, éléments déclencheurs (personnes, idées, besoins, commandes), diagnostic préalable)  : Le modèle agricole breton est un exemple révélateur de la mise en œuvre (à partir des années 60), à marche forcée, d'un modèle agricole de type productiviste dans une région qui n'était pas destinée de part ses caractéristiques naturelles à devenir une grande région agricole au niveau national. Ce modèle a permis à un nombre important d'agriculteurs de vivre de leur activité dans cette région qui accusait un retard économique. La Bretagne a gagné au fil du temps, point par point, un avantage comparatif dans ce domaine pour devenir leader. Ce modèle est aujourd'hui critiqué car il n'est pas exempt de critiques au niveau social et environnemental.

Les étudiants en BTSA production animale sont souvent des fils d'agriculteurs, il se sentent héritiers d'une certaine tradition familiale et d'une certaine culture. Le fait des les amener à étudier et à analyser, loin de leur territoire, des exploitations agricoles qui portent en elles les gènes du productivisme permet aux étudiants d'aborder cette problématique tout en se décentrant par rapport à leur contexte familial ou territorial.

Ce sont avant tout les résistances des étudiants pour traiter cette problématique qui ont amené les enseignants à élaborer cette stratégie pédagogique.
Objectifs pédagogiques poursuivis (Lesquels, principaux et secondaires)  : Identifier les caractéristiques du modèle agricole breton et comment il a été mis en place.
Comprendre sa mise en œuvre concrète dans des exploitations agricoles spécialisées en élevage.
Analyser les problèmes actuels que rencontrent ces exploitations sur le plan économique, social, environnemental.
S'interroger sur la mise en place de ce modèle et sur son avenir.
Élaborer des scénari d'évolution.
Découvrir par une activité sportive le milieu littoral.
Disciplines impliquées (Lesquelles, articulations de l'interdisciplinarité, référents pédagogiques)  : Sciences économiques et sociales

Agronomie

Zootechnie
Moyens financiers, matériels, humains mis en oeuvre : Le devis pour se rendre sur le site d'Agrocampus Ouest site de Beg Meil, l'hébergement et la restauration, ajoutés aux déplacements sur le territoire, s'élève à la hauteur de 2500 euros pour une douzaine d'élèves avec 3 accompagnateurs.
Plan d'action et pilotage (Porteurs du projet, organisation de l'équipe pédagogique, organe de pilotage, présentation du scénario pédagogique, durée, échéancier, public cible, méthodologie)  : L'objectif est d'amener les étudiants à questionner le modèle agricole productiviste en place au fur et à mesure des visites et des intervenants. Le pilotage est effectué par les enseignants. Durant 5 jours les étudiants sont sur le terrain.
Mise en oeuvre/actions réalisées (Lesquelles, outils pédagogiques utilisés, ressources sollicitées, partenaires mobilisés)  : Les étudiants accompagnés des enseignants sont venus 5 jours sur le site de Beg-Meil. Par le biais d'apports, de visites d'exploitations, de débats avec des experts ils ont construit leur analyse et produit un rapport.

Activités du lundi: Arrivée le midi. Présentation par J.F Le Clanche (économiste rural) de l'agriculture bretonne et des enjeux actuels (problèmes de la qualité des eaux, algues vertes, crises agricoles...). Interventions en biologie marine de Morgane Nedelec et d'Hélène Laguerre et visite d'une écloserie pédagogique afin de comprendre le fonctionnement des écosystème marins et leur fragilité vis à vis des intrants d'origine agricoles.

Activités du Mardi: Visite de la ferme expérimentale de Trévarez à Saint Goazec puis sortie VTT pour découvrir le territoire littoral fouesnantais, son agriculture et ses paysages.

Activités du Mercredi: Présentation des enjeux liés à la qualité de l'eau sur le bassin versant du Ris et puis visite de la station expérimentale de Guernevez à Saint Goazec (chambre agriculture).
 
Jeudi: Visite de la station expérimentale de Kerlavic (chambre agriculture) et du centre agriculture environnement (matin), présentation des démarches faites par le centre pour mettre en œuvre le dialogue entre les agriculteurs et les autres acteurs locaux. Initiation à la voile (après midi) avec le centre nautique de Cap Coz.
 
Vendredi matin: Restitution et départ
Evaluation (Forme, critères, indicateurs)  : Les étudiants doivent réaliser un rapport d'étude qui est rédiger après leur séjour en Bretagne et qui est noté par les enseignants.
Résultats obtenus (Réalisations concrètes, productions, effets induits)  : Production d'un rapport d'étude questionnant le modèle productiviste observé
Analyse/diagnostic (Les réussites, les échecs, les difficultés, impact du projet sur les apprenants (indicateurs, enquêtes...))  : L'objectif central de ce stage n'est pas de condamner un modèle en sur-valorisant un autre, de faire un procès. C'est plus l'enseignement du "doute" qui est visé, l'interrogation autour des limites d'un modèle. C'est une formation à l'esprit critique. Ceux qui voient dans cette progression la concrétisation des préconisations faites par Egard Morin (enseigner le doute) ne sont pas blâmable. L'esprit critique des étudiants est mobilisé pour qu'ils identifient par eux-même, notamment en se nourrissant de certaines interventions d'experts judicieusement choisis, les performances et les caractéristiques réelles de ce dit modèle… et au delà ce qui pose problème, ce qui pose questions aujourd'hui.
La démarche est tout sauf militante et partisane, et c'est certainement cette posture qui est à l'origine de l'adhésion des étudiants aux objectifs du stage. Certains sont fils d'agriculteurs et les discours de type "moralisateur" dressent immédiatement des barrières qui les entravent dans leur démarche d'apprentissage. Certaines interventions les amènent à s'interroger profondément sur ce qu'est actuellement la ferme de leur famille…ils sont touchés, réfléchissent, leur affect réagit… la situation construite produit en elle même et naturellement les éléments d'interrogations nécessaires à leur apprentissage. Les visites au fur et à mesure de leur déroulement de font qu'alimenter cette objectif. Un point fort de cette démarche est qu'il n'y a pas d'éparpillement dans les visites, un seul objectif pédagogique est suivi. Les enseignants ont un but précis et ils s'y tiennent et ne s'en écartent pas.
Deux demi-journées sont vouées au "sport". Une demi-journée est consacrée à la découverte en vélo du territoire et de son agriculture, des paysages et une autre à la pratique de la voile (encadrée par des moniteurs agrées du Cap Coz). Cela permet aussi de souder le groupe et de le motiver.
C'est le choc des rencontres et des visites qui induit directement l'éveil du questionnement dans l'esprit des étudiants
Améliorations à apporter, suggestions : Le choix de la pratique sportive peut être sujette à débat. Son impact est très fort chez les jeunes qui découvre le territoire intellectuellement mais aussi physiquement. Si sur le plan intellectuel on peut débattre sur la pertinence de cette pratique, la satisfaction exprimée par les étudiants relative à cette organisation pédagogique originale amène a considérer que cette formule est originale et adaptée à ce public précis.

On pourrait en fin de semaine demander aux étudiants de produire une grille critériée caractérisant le modèle agricole dominant en cours et ses limites.
Démarche conduite (Conduite pédagogique, processus pédagogiques mobilisés, interdisciplinarité, degré d'ouverture au territoire...))  : Il faut prendre en compte que le public étudiant, d'origine agricole est naturellement "hostile" dès qu'il s'agit d'adhérer à une démarche visant à "critiquer" le modèle agricole en place. Les enseignants ont donc construit ce module pour répondre et dépasser ces obstacles que l'on peut qualifier de "culturels". On peut parler d'une représentation-obstacle très forte chez ces étudiants pour aborder cette problématique. Le fait de faire intervenir des tiers, experts et de visiter des exploitations qui induisent immédiatement à questionner le modèle en place met les enseignants dans une posture de retrait et d'accompagnement du groupe. Ils peuvent du coup aider les étudiants à comprendre les enjeux en cours, sans prendre parti et sans être identifié comme étant porteur d'un certain discours politique ou syndical.

Cette démarche s'apparente à un type de pédagogie dit "constructiviste" où l'apprenant est amené à construire son savoir, guidé en cela par l'enseignant qui a construit une situation pédagogique adaptée à son public.
Transférabilité : La démarche semble transférable quelque soit le contexte territorial.
Bibliographie : pour en savoir plus sur le modèle agricole breton: http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2004/renard/resume.htm

un exemple de progression pédagogique s'ancrant sur cette question du modèle agricole breton: http://www.discip.ac-caen.fr/la.reussite.en.seconde/IMG/doc/module_2_elaborer_un_organigramme.doc

pour en savoir plus sur le programme de reconquête de la qualité des eaux en Bretagne: http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/index.php?77/133
http://draf.bretagne.agriculture.gouv.fr/corpep/article.php3?id_article=32

pour en savoir plus sur la ferme de Trevarez:  http://www.bretagne.synagri.com/ca1/synagri.nsf/TECHDOCPARCLEF/00000224?OpenDocument&P1=00000224&P2=&P3=&P4=PAGE&SOURCE=I

 pour en savoir plus sur le ferme de Kerlavic: http://www.kerlavic.fr/