Nom de l'établissement : CEZ - Bergerie Nationale (CFA et 3DFI)
Localisation : Rambouillet
Personne-ressource et contact : Patricia Viteaux Ficara (CFA) et Jean-Paul Teyssandier (3DFI
Présentation : La Bergerie Nationale associe plusieurs centres :
- un pôle formation avec le CFPPA et le CFA dans le cadre duquel a été réalisé le module présenté ici.
- le département 3DFI qui apporte un appui à l'enseignement agricole dans le cadre du Système National d'Appui. Il travaille sur des thématiques liées aux agricultures, à l'alimentation, aux territoires et au développement durable.
- une exploitation agricole de polyculture élevage, ferme pédagogique et d'accueil (90 000 visiteurs / an), support de formation et de démonstration.
- un centre équestre ouvert sur l'extérieur, support de formation pour le CFA et le CFPPA, et qui organise aussi des démonstrations et des événements.
- un atelier d'abattage et de transformation géré par un collectif d'agriculteurs.
- une boutique gourmande commercialisant les produits de 42 lycées agricoles de France.
La Bergerie Nationale est située à Rambouillet, en zone périurbaine, à environ 50 Km au sud-ouest de Paris.
http://www.bergerie-nationale.educagri.fr/

Apprendre à caractériser et analyser un processus d'innovation en agriculture en BTS ACSE

Thèmes abordés (Lesquels, liens avec les référentiels)  : Module D 48 "Conduite d'une activité innovante" dans le cadre du BTS ACSE 2ème année, par apprentissage (1 semaine).
- le concept d'innovation et sa mise en place, principalement dans une exploitation agricole,
- la démarche de projet,
- la construction d'une méthode pour une analyse critique des processus d'innovation au regard des enjeux du développement durable,
Des liens ont été faits entre ce module et le cours de gestion où l'enseignant reprend en détail la rentabilité d'un projet et ses différentes étapes.
Emergence du projet (Contexte, éléments déclencheurs (personnes, idées, besoins, commandes), diagnostic préalable)  : Depuis environ 2004 le CFA de Rambouillet co-organise avec 3DFI le module D48 sur l'innovation en s'appuyant sur des démarches de projets innovants, notamment dans le tourisme. L'objectif est de décloisonner les équipes et d'associer les savoir-faire pour accompagner progressivement les apprentis vers des démarches pédagogiques favorables à la responsabilisation, l'apprentissage, l'autonomie.

Suite au départ d'un intervenant, le groupe de travail a souhaité revisiter ce module en s'inspirant des stages effectués dans le cadre du réseau "Enseigner autrement". Sous l'impulsion et la volonté de Patricia Viteaux, formatrice en économie au CFA et responsable du module D48 ce travail a été engagé. L'objectif consistait à s'initier aux démarches constructivistes en partant des représentations des étudiants sur l'innovation pour les accompagner vers la construction de deux outils d'analyse à réinvestir lors des visites, des entretiens, des interventions.
Ce travail collectif ouvre de nouvelles formes de collaboration et intéresse les divers chargés de missions et animateurs de réseaux thématiques (agriculture biologique, circuit court, tourisme, énergie en agriculture...) pour échanger, enrichir et formaliser leurs approches pédagogiques, les capitaliser, les confronter au regard des collègues dans le cadre du réseau « enseigner autrement » de l'enseignement agricole.
Objectifs pédagogiques poursuivis (Lesquels, principaux et secondaires)  : A l'issue du module, les apprenants doivent être capables :
- de caractériser l'innovation,
- de comprendre son processus d'éclosion et de mise en œuvre pour sa réalisation.
- d'appréhender ses effets et résultats de manière critique et argumentée.
Disciplines impliquées (Lesquelles, articulations de l'interdisciplinarité, référents pédagogiques)  : Le module est pluridisciplinaire par essence. Les prérequis : diagnostic d'exploitation, approche globale.
- Émergence de la diversité des représentations. Organisation et pilotage d'un débat participatif en vue de repérer, de partager et de construire des références communes sur l'innovation. Élaboration d'une grille d'analyse partagée constituant le référent commun.

- Initiation à l'entretien (Français – sociologie – communication – organisation collective)

- Co-construction de guides d'entretien adaptés aux différents publics enquêtés et objectifs recherchés. (Économie – sociologie – français - Agronomie)

- Restitution : (français, techniques de communication, enseignements techniques)
Moyens financiers, matériels, humains mis en oeuvre : Un investissement en temps important sur un sujet structurant, qu'il faut penser à amortir sur plusieurs années et à nourrir collectivement.
- Moyens humains en interne : L'enseignante responsable, 3 chargés de mission de 3DFI (environ 5 jours de préparation par personne, réunion, bibliographie en amont et animation de la semaine du module : 2 personnes présents les 5 jours + 2 personnes présentes 2 jours + chauffeur et bus de la Bergerie Nationale pour 1 visite d'exploitation).

- Moyens humains externes : Agriculteurs qui ont accueilli le groupe, agricultrice intervenante (équivalent financier : 300 € pour une intervenante)
Plan d'action et pilotage (Porteurs du projet, organisation de l'équipe pédagogique, organe de pilotage, présentation du scénario pédagogique, durée, échéancier, public cible, méthodologie)  : - Public cible : 12 étudiants en BTS ACSE de 2ème année, en apprentissage, avec des qualités hétérogènes tant sur leurs capacités d'analyse, de rédaction, d'expression que sur la diversité des projets menés chez leurs maîtres d'apprentissages.

- Au moins 4 réunions préparatoires entre juin et novembre : en prenant appui sur nos thématiques particulières (agriculture biologique, circuits courts, économie, tourisme, énergie) :
  • analyses bibliographiques,
  • échanges de données et débats sur le concept d'innovation,
  • clarification des objectifs, et proposition d'outils adaptés
  • définition des consignes d'animation des débats pour accompagner les stagiaires vers des constructions argumentées.

- Répartition des rôles au sein de groupe pédagogique pour avoir une bonne interactivité pluridisciplinaire entre les intervenants, une approche solidaire et conviviale tout au long de la semaine.
Mise en oeuvre/actions réalisées (Lesquelles, outils pédagogiques utilisés, ressources sollicitées, partenaires mobilisés)  : Quelques pièces jointes à télécharger en bas de cette fiche.

Phase 1 :
- Analyse des représentations à partir de la technique du blason en 3 groupes de 4 étudiants. Identification et construction d'éléments de convergence vers des éléments de définition => 3 affiches sur paper board
- Co-construction d'un 1er outil : une grille partagée de caractérisation de l'innovation issue des débats et du repérage des éléments de convergence.

Phase 2 :
- A partir d'un exemple d'un porteur de projet en méthanisation agricole (film Energiculteurs de La France Agricole), repérage des étapes pour conduire un projet innovant.
- Co-construction d'un 2ème outil : "échelle sur la méthodologie de projet" (inspirée des outils de TRAME)

Phase 3 :
Tester les 2 outils à partir expériences courtes filmées : décryptage d'innovations contrastées portées par des acteurs (4 thèmes abordés : tourisme, agriculture biologique, circuits courts, maîtrise d'énergie et énergies renouvelables), avec travaux de groupes et restitutions à la classe.
Ressources utilisées 2010 : film 30-40 min d'un témoignage du directeur d'exploitation de l'EPL des Vosges sur l'évolution de l'agrosystème vers l'autonomie, la durabilité et les énergies renouvelables ; ressources utilisées en 2011 : vidéo de 8 min "Pour le maintien d'une agriculture paysanne au Flayosquet", http://www.dailymotion.com/video/xf5hnh_pour-le-maintien-d-une-agriculture_webcam, et Vidéo sur le bois énergie (SCIC Orne / CUMA Innov'61) dans Energiculteurs de la France Agricole.
Élargissement de la réflexion sur en quoi les réseaux sont sources d'innovation à partir d'exemples de réseaux d'agriculteurs, réseaux de lycées agricoles ou réseaux de recherche-formation-développement => rendre les jeunes attentifs aux réseaux et partenaires proches des agriculteurs qui seront visités.

Phase 4 :
- Utilisation des outils pour construire une grille d'entretien en vue d'enquêter et d'analyser un discours des intervenants.

- Réalisation de deux comptes-rendus pour chaque groupe d'étudiants concernant la visite d'une exploitation céréalière bio et l'intervention d'une agricultrice faisant de la transformation et vente directe.
Evaluation (Forme, critères, indicateurs)  : - Évaluation écrite de l'avis des étudiants sur les forces et faiblesses du module, son intérêt au sein du cursus pédagogique, des idées réutilisables, leurs idées qui ont évolué sur l'innovation.

- Bilan oral avec la formatrice et un des chargés de mission : remarques sur l'efficacité de groupe qui est à rechercher et qui responsabilise les étudiants sur comment organiser les groupes de travail pour optimiser la performance.

- Évaluation des compte-rendus des groupes à 3 formateurs, et commentaires des correcteurs pour les apprentis : "nous avons apprécié" / "nous avons moins aimé".

- A changé les relations avec étudiants, ils envoient des mails aux enseignants. Ils ont organisé leurs groupes de travail plus efficacement dans d'autres modules plus tard dans l'année.
Résultats obtenus (Réalisations concrètes, productions, effets induits)  : - Une grille d'analyse partagée sur l'innovation
- Trois dossiers d'une dizaine de pages regroupant la présentation des exploitations et l'analyse portant sur la mise en œuvre de l'innovation

Effets induits :
- Se poser des questions sur la grille d'analyse : quels sont les éléments les plus importants à appréhender compte tenu du contexte particulier de mise en oeuvre du projet innovant ?
- Prendre du recul, ne pas appliquer « une recette ». Objectiver le sur-mesure proposé…
- Approfondir les techniques d'entretien dans le prolongement d'un questionnaire travaillé et restreint permettant aux étudiants de se concentrer sur la qualité d'écoute, d'interview et relance compte tenu des objectifs de l'enquête.
- Accompagner les étudiants à adopter une stratégie de travail de groupe visant à promouvoir l'efficacité collective en veillant à réfléchir une répartition astucieuse des compétences au sein de chaque groupe de travail (capacité de synthèse, limiter faiblesses orthographiques).
Analyse/diagnostic (Les réussites, les échecs, les difficultés, impact du projet sur les apprenants (indicateurs, enquêtes...))  : Les réussites :

- Le blason dynamise les groupes, leur donne une responsabilité et l'occasion de s'exprimer en faisant ressortir les représentations de chacun. Il devient le fil conducteur de la semaine.

- Des restitutions de groupes où les apprentis se disent entre eux des points à améliorer dans la mise en œuvre des outils, parfois trop scolaire.

- L'apport des techniques d'entretien permet aux apprenants de mieux mener leurs questionnements auprès des agriculteurs.

- Les visites d'entreprises et les témoignages d'agriculteurs « vivants » ont permis de balayer en un temps réduit le thème de l'innovation (de l'idée à la mise en œuvre, jusque aux incidences sur les autres activités). Les petits films proposés en complément sur des approches bien ciblées, permettent d'élargir le concept d'innovation à une diversité d'expériences et de problématiques (plus territoriale, organisationnelle…). Les apprenants s'investissent bien dans l'analyse d'un film (script, thèmes clés à faire ressortir, repérage des points clés d'innovation).

- Le travail de groupe est très utile pour mettre en pratique et visualiser l'efficacité d'un collectif solidaire, pour produire une restitution pertinente et argumentée. C'est un moyen intéressant pour mettre en synergie la diversité des compétences, ce qui renvoie sur les modalités d'organisation des sous-groupes.

- Intérêt d'avoir des supports d'évaluation liés à d'autres secteurs d'activités (pas qu'agricole) pour évaluer la capacité des stagiaires à questionner la problématique d'innovation de manière critique.

- Une sensibilisation au développement durable à travers des exemples concrets, et une réflexion critique sur les innovations qui iraient dans ce sens et d'autres moins.


Les limites ou les voies de progrès :

- Certains apprenants ont été réticents à rentrer dans la conception d'une grille d'analyse partagée. Ils auraient aimé avoir une recette pour l'appliquer. L'enjeu pédagogique à approfondir sera donc de plus les accompagner dans la construction d'outils d'analyse.

- Un mauvais « timing » dans les différentes activités. Les apprenants ont trouvé des séances trop longues, d'autres trop courtes : ex : témoignage filmé du Directeur du Lycée des Vosges : trop long (40 min), trop technique dans le bilan énergétique et film en mauvais état, et pas le temps de passer la totalité des témoignages filmés en 2010. Il s'agira donc d'être plus performant dans l'organisation de certaines séances. En 2011, 2 films plus courts ont été passés et mieux exploités.

- Les apprenants ont trouvé qu'il n'y avait pas assez de temps pour la visite. Ce ressenti est lié à l'organisation en amont : les apprenants n'ont pas réussi à cerner complètement les objectifs de la visite : que veut on voir ? Sur quoi veut-on discuter ? il s'agira donc de mieux définir en amont les objectifs du travail.

- On constate aussi des difficultés pour les stagiaires à utiliser les outils co-construits pour questionner de manière critique les intervenants.

- D'autres questions restent posées : difficulté de travailler en groupe, homogénéité des sujets (projets innovants sur les exploitations des maîtres d'apprentissage)…

- La difficulté pour les apprentis a été de rentrer dans la conception de la grille d'analyse ; la difficulté des formateurs est de rendre dynamiques et attractives toutes les phases du déroulement.
Améliorations à apporter, suggestions : - Homogénéiser les sujets des oraux.
- Affiner le concept d'innovation pour une vision plus partagée entre formateurs.
- Avoir des visites d'exploitation plus différentes car en 2011 il s'agissait de 2 cas avec transformation et vente directe. Il manquait un cas d'innovation agronomique qui sont combinées pour faire un système de culture innovant.

- Améliorer la grille de notation des dossiers de groupes (compte-rendu des visites d'exploitation) pour que les apprentis distinguent mieux la caractérisation du projet et la ou les innovations au sein de ce projet. Sinon, il y a souvent la réduction du projet à l'innovation.

- Mieux préparer les grilles de correction pour les exercices faits en classe entre les formateurs (analyse des innovations et état d'avancement des projets, pour les films projetés).

- Le retour vers les exploitants du regard des apprentis serait à améliorer.
Démarche conduite (Conduite pédagogique, processus pédagogiques mobilisés, interdisciplinarité, degré d'ouverture au territoire...))  : - Une démarche pluridisciplinaire qui tend vers des approches constructivistes, avec des points de synthèse conduit sous forme de cours magistral dialogué. Une première phase avec le blason par groupe pour faire émerger les représentations, enrichir les regards les uns des autres et approcher plusieurs types d'innovations.

- Beaucoup de travail en amont des formateurs et chargés de mission pour commencer à clarifier la notion d'innovation, identifier des situations innovantes, transcrire des films. Le savoir visé est à la fois du type "savoir outil" (2 grilles d'analyse sur l'innovation, les étapes d'un projet), "savoir informatif" (notions sur l'innovation), savoir être (efficacité collective et solidarité dans l'organisation des groupes, conduite d'entretien...).
Transférabilité : - La construction d'outils de formation (grilles, blason...) pour caractériser l'innovation constitue une orientation transférable, perfectible collectivement.

- Le processus de co-construction d'une grille d'analyse discutée et partagée avec les stagiaires, à partir de leurs représentations et d'exemples extérieurs pour développer leur esprit critique et leur capacité d'analyse.

- Le nombre de personnes impliquées important était permis dans le cadre d'un projet du système national d'appui, soutenu par le FSE.

Cette fiche a été élaborée par Patricia Viteaux Ficara (formatrice en économie CFA) et Jean-Paul Teyssandier (chargé de mission tourisme et territoire), Claire Durox (animatrice du réseau "performance énergétique des exploitations"), Nathalie Arrojo (chargée de mission sur les circuits courts et l'agriculture biologique). Cadre du système national d'appui et soutien du Fond Social Européen.
Bibliographie : - Norbert ALTER, L'innovation ordinaire, 2010
- Capacité d'innovation des entreprises agroalimentaires et insertion dans les réseaux : le rôle de la proximité organisationnelle, Michel Martin, Corinne Tanguy et Pierre Albert, http://economierurale.revues.org/index740.html
- Renforcer et accompagner l'agriculture biologique comme mode de production innovant et performant pour l'ensemble de l'agriculture, RMT DevAB , http://www.devab.org/moodle/pluginfile.php/407/mod_resource/content/0/00_introduction_29_10_MD.pdf
- Revue Pour n°212 - Décembre 2011 : Dossier : « Innovations et alternatives en agriculture », Coordonné par Jean Pluvinage, Jean-François Le Clanche et Jean-François Ayats
- Des réseaux pour innover vers plus de durabilité en agriculture : article http://www.educagri.fr/no_cache/navigation/actualites/details-actualites.html?tx_ttnews[tt_news]=1013&cHash=35e7f39efd8a73e9c2b2d3b05471be39