Rapport sur les indicateurs de développement durable

Présentation succincte :
Conscientes des menaces et des enjeux environnementaux comme des inégalités sociales ou territoriales, les Régions ont un rôle déterminant à jouer dans la promotion du développement durable et sont engagées dans des politiques visant cet objectif depuis de nombreuses années.
Les Régions sont sur une logique de proposer un nouveau modèle de développement, plus soucieux des ressources naturelles et du bien-être humain.

Ce modèle ne peut s’accommoder d’indicateurs de type Produit Intérieur Brut, tant celui-ci, bien qu’étant un indicateur économique pertinent pour juger de l’accroissement de la production d’un pays, présente de nombreuses limites intrinsèques pour juger de l’état de bien-être ou de progrès d’un territoire.

Pour l’économiste Jean Gadrey, co-auteur avec Florence Jany-Catrice de l’ouvrage « Des nouveaux indicateurs de richesse » et membre de la Commission Stiglitz, « utiliser un thermomètre pour indiquer la température, c’est très bien. Comme indice de bonne santé c’est une faute. C’est pour cela qu’il faut encourager, à côté du PIB, la construction d’autres indicateurs qui visent à mieux cerner la progression ou la régression du bien-être ou ce qu’on appelle aussi le développement humain, le développement durable ou d’autres notions de ce type qui ne sont pas des notions strictement économiques ».

La recherche de nouveaux indicateurs vise ainsi à donner la possibilité aux Régions françaises de se doter de nouveaux repères, de nouvelles boussoles, destinés à éclairer les politiques publiques régionales et à mieux connaître l’environnement dans lequel ces politiques sont menées.
Cette grille de lecture, à partir de nouveaux indicateurs de richesse et de développement, permet aussi aux Régions de porter un autre regard sur les richesses et de définir une vision partagée du développement durable des territoires.

Lors de la précédente mandature, l’Association des Régions de France et sa commission Développement Durable ont retenu 3 nouveaux indicateurs de richesse comme indicateurs alternatifs au PIB : l’Empreinte Écologique qui mesure la pression exercée par l’Homme sur la nature, l’Indicateur de Développement Humain (IDH-2) qui croise les dimensions santé, éducation et niveau de vie du développement humain défini par le PNUD et l’Indicateur de Santé Sociale, qui résume en quelques variables l’aspect multidimensionnel de la santé sociale des régions.

L’objet de cette publication est de présenter ces indicateurs de contexte de développement durable, émanant du programme de travail de la Commission Développement Durable et Environnement de l’ARF.

La Commission Stiglitz a notamment répertorié les principales dimensions du bien-être qu’il convient de prendre en considération : les conditions de vie matérielles (revenu, consommation et richesse) ; la santé ; l’éducation ; les activités personnelles : le travail rémunéré, les trajets quotidiens, le travail non rémunéré et le temps consacré aux loisirs ; nombre de ces activités se déroulant au domicile, la participation à la vie politique et la gouvernance ; les liens et rapports sociaux ; l’environnement (état
présent et à venir) ; l’insécurité, tant économique que physique.
Toutes ces dimensions modèlent le bien-être de chacun ; pourtant, bon nombre d’entre elles sont ignorées par les outils traditionnels de mesure des revenus mais seront, pour l’essentiel, prises en compte par l’ARF dans les indicateurs synthétiques IDH et ISS mais aussi dans la batterie d’indicateurs de contexte de développement durable.
Complément de titre : Association des régions de France
Type de ressource : Fichier téléchargeable
Télécharger le fichier : fichier1_rapportfinalARF-2.pdf