Les dynamiques écoresponsables

Etre écoresponsable, ça veut dire quoi?

image eco.jpg (0.5MB)
cliquez pour agrandir
Les « éco-délégué(e)s » partagent une même envie d'agir collectivement pour le développement durable (DD) dans leur établissement et au-delà.
Accompagnés, ils peuvent former un groupe d'apprenants, volontaires, élus ou non, qui contribuent, avec d'autres acteurs de la communauté éducative et du territoire, à la mise en œuvre de la démarche de développement durable de l'établissement.

Ils participent à la généralisation de l'éducation pour le développement durable (EDD).
=>BLASON à remplir pour soi et en groupe

Les « éco-délégué(e)s » ne sont pas...

image logoecoresponsable.png (0.3MB)
- de simples exécutants. Ils ont aussi un rôle de réflexion et d'action dans le cadre d'un projet global ; ils peuvent être,
en fonction du cadre qui leur est donné, des référents, animateurs, relais, porte-parole, médiateurs, etc.
- la bonne conscience de l'établissement. Ils ne font pas à la place des autres, élèves comme adultes (ex. : tri sélectif)
- les seuls concernés par le développement durable. Ils sont parties prenantes du projet d'EDD de l'établissement ; ils
sont force de proposition
- des jeunes qu'on lance dans l'action sans avoir au préalable défini les marges de manœuvre de leurs actions. Ils
sont légitimes par la place qui leur est réellement accordée dans le cadre du projet d'établissement.

CONDITIONS POUR AGIR... Des leviers pour accompagner et développer le dispositif des « éco-délégué(e)s » :

image eco1.jpg (0.4MB)
Cliquez pour agrandir
En amont de l'engagement de la démarche d'« éco-délégués », il s'agit de définir avec une équipe éducative (direction, enseignant et formateur, personnels techniques, etc.) les objectifs du projet, les modalités pratiques d'encadrement et d'animation du groupe (qui et avec qui, quand, où et à quelle fréquence, etc.).
La sensibilisation et la mobilisation des apprenants sur les questions relatives au DD constituent une condition pour engager un projet « éco-délégués ».

L'identification des « éco-délégués » suppose d'informer et discuter avec les volontaires la nature de leur engagement.

Proposer aux « éco-délégués » des actions de formation locales et/ou régionales est une condition favorable et préalable à leur action.
Le soutien et l'appui des équipes éducatives aux « éco-délégués » est indispensable. Il s'agit d'une part de répondre à leur besoin de reconnaissance (participation dans les instances, attestation, article de presse, etc.) et d'autre part de valoriser les compétences acquises (prise en compte par le conseil de classe, etc.).

image schema.png (0.1MB)
Cliquez pour voir le schéma
La mise en réseau et les échanges de pratiques entre « éco-délégués » au niveau local, régional et national (regroupements, blog, etc.) alimentent la motivation.
A moyen terme, la dynamique des « éco-délégués » risque de s'épuiser si elle ne s'inscrit pas dans une démarche de développement durable de l'établissement (Agenda 21, etc.) qui lui donne sens .
La participation des « éco-délégués » aux instances décisionnelles (conseil de l'éducation et de la formation, conseil intérieur, conseil d'administration, etc.) marque une évolution du mode de gouvernance dans l'établissement.

En résumé, mettre en place une dynamique écoresponsable peut se résumer dans le schéma ci-contre


Zoom outils d'animations


Comment mobiliser et se mettre en projet?

Pour une communauté ou un groupe d'individus, la mobilisation est un appel à l'action concertée de ses membres, en rassemblant et dynamisant les énergies, afin de réaliser un objectif ou un projet commun. Voir le diaporama

Comment animer un groupe d'écoresponsable?

Animer c'est insuffler la vie à un groupe, c'est être garant d'une dynamique, d'une mise en mouvement et en action. L'animateur dispose de plusieurs outils, méthodes et matériels pour réaliser cela. Voir le document

Pourquoi pas faire une grande fête du développement durable ou de la nature ou du bien-vivre tous ensemble dans l'établissement?

image bio.jpg (0.4MB)
cliquez pour agrandir
--autour de repas/gouter/petit déjeuner bio, éthique et équitable c'est toujours plus sympa de sensibiliser à notre impact. --En utilisant les ressources du territoire (Liste partenaires possibles sur le territoire ParTenaire) par exemple,
--vous pouvez avoir des expositions ludiques et pédagogiques sur des thématiques particulières,
--visionner des films sur des thématiques du développement durable (comme le film Demain par exemple) et
--organiser des temps de discussion expressions libres de chacun (Atelier recueil AtelierRecueil des représentations et Atelier Expressions Libres AtelierExp) et
--des temps de discussion/débat (Atelier Discussions/Débat AtelierDebat) avec des outils sympathiques et simples.

Ces premiers moments sont fondamentaux pour créer :
--une culture partagée (Atelier Culture partagée) et créer du sens commun, (Attention, parler de valeurs et de choses plus intimes de façon contrainte peut mener l'échec d'un espace de dialogue apaisé).
--N'hésitez pas à proposer des mises en action et des projets (Atelier Comment se mettre en projet et en action).
--Pour cela il faudra vous organisez avec l'établissement et les personnels pour avoir des espaces physiques et temporels de rencontres régulières pour mener vos projets. la complicité et l'aide des personnels de l'établissement est requise à différents niveaux et d'actions de l'établissement (ne pas oublier les personnels d'entretien, gestion, cuisine etcâ?¦.).

Pour la mise en projet, c'est important de prendre le temps de vivre des choses ensemble, de faire des projets motivants et gratifiants pour chacun, de pouvoir évaluer l'impact de ce projet pour soi, pour l'ensemble de la communauté éducative, son impact sur le territoireâ?¦.et communiquer/valoriser/capitaliser les acquis de cette action en partageant au plus grand nombre pour peut être â??rebondirâ? sur des nouveaux projets. (Atelier conduite de projet AtelierConduite).

=>Faites régulièrement (une fois par an? ou plus?) des moments festifs pour faire le point régulièrement sur la dynamique Ecoresponsable dans l' une piste intéressante et agréable pour maintenant la motivation.

=>Pensez à la mise en réseau avec d'autres jeunes, d'autres lycées, ou de l'enseignement supérieur, ou à l'international, structurez votre collectif avec différents niveaux : association du lycée puis réseau départemental, régionalâ?¦..

Faites vous connaître et valorisez votre expérience! (Valoriser)

Pour chaque moment de rencontre, n'hésitez pas à utiliser les trucs et astuces de l'animation de groupe (Fiche Trucs et Astuces de l'animation de groupe)


Zoom projets développés par des écoresponsables


image projets.jpg (0.4MB)
cliquez pour agrandir
=>Les personnels et les élèves du CHESNOY en partenariat avec la région CENTRE VAL de LOIRE, mènent sur site des actions en vue de réduire le gaspillage notamment par le tri ses déchets alimentaires au self, à l'aide de la mise en place à la cantine de plusieurs bacs : pain, plastic, papier, déchets organiques (sauf la viande), viande.
En savoir plus en cliquant sur ce lien


=>En lien avec plusieurs partenaires, les élèves du lycée Jules Rieffel de Saint Herblain sont investis sur plusieurs thématiques et projets :
- La coopération internationale : filière cacao (Cameroun)
- Biodiversité : Volière, Hérisson, Apiculture, groupe naturaliste, éco-pâturage
- Produire autrement : Aquaponie, Permaculture
- Gestion des déchets
- Intergénérationnel
en savoir plus en cliquant sur ce lien


Témoignages d'actions d'écoresponsables : Ã?tre délégué eco-responsable


Les délégués eco-reponsables se sont réunis du 25 au 27 novembre au Lycée des Sardières à Bourg-en-Bresse. Rencontre avec Pierre-Jean, l'un d'entre eux.
Pierre-Jean â?? BTSA ouvrier paysagiste â?? CFA Ecully/ Délégué eco responsable

Qu'est ce c'est qu'être délégué ecoresponsable ?
C'est prendre l'initiative pour les autres, être un porte-parole au niveau régional, et national si on peut. C'est prendre à la fois des initiatives dans le lycée, et autour, avoir envie d'apporter aux autres personnes une autre façon de voir les choses pour l'avenir.

Comment ça se passe ?
image temoin.jpg (0.2MB)
Cliquez pour agrandir
Si, par exemple, à la cantine, on voit qu'il y a une trop grosse consommation de pain, ça peut arriver qu'on nous en parle vu qu'on est écodélégués.
On va alors essayer de faire parvenir les informations, ou peut-être faire une pesée, pour regarder les consommations, voir si on arrive à réduire le gaspillage. On peut essayer de gérer dans la vie du lycée, certains petits soucis.

Donc si on peut réduire cette consommation, on enclenche le pas vers l'éco-responsabilité pour tout le monde.

Après c'est vrai que pour certains, l'idée d'être écoresponsables, au départ ils prennent pas ça au sérieux. Et après, au fur et à mesure qu'on leur explique, ils arrivent a comprendre certaines choses, et là on peut commencer à changer les choses petit à petit.


Et pourquoi es-tu devenu écodélégué ?
C'est volontaire. En venant de la campagne, on a toujours cette idée de jardin qu'on cultive soi-même, de se débrouiller. C'est vrai que l'idée d'en faire profiter les autres, c'était déjà une pratique personnelle qui était réjouissante. Pas seulement en faire profiter une personne ou un groupe, mais si on peut en faire profiter tout le monde, c'est le meilleur qui puisse nous arriver.

Dans mon ancien lycée on avait déjà beaucoup d'initiatives sur le compostage, le tri des déchets. Même sur les chantiers, on triait tout et ce compost était réinjecté dans des serres. Donc ça faisait une boucle.

L'initiative je l'avais avant, et au fil des années, ça s'est développé. Le plaisir d'être écoresponsable, ça se développe.


Parce que c'est un plaisir alors ?
Apporter des gestes qu'on peut mettre en place tous les jours et que tout le monde puisse en profiter, c'est un plaisir, oui.

T'as vu des choses évoluer chez tes collègues ?
image fete.jpg (0.2MB)
cliquez
Sur des petits détails â?¦ On voit quand on est fumeur, les mégots atterrissent souvent par terre. Au bout d'un moment, si on dit « à la place de le jeter par terre, à 30 cm, tu peux le mettre dans une boîte ». Au bout d'un moment tout le monde va le mettre dans la boîte. Et celui qui va le mettre à côté va sortir un petit peu du lot, et va avoir tendance à aller le ramasser et à le mettre dans cette boîte. C'est un phénomène un peu de masse qui fait qu'on peut faire bouger les choses comme ça.

De manière collective de toute façon ?
Il faut que ce soit collectif sinon on ne peut pas avancer. Si on est tout seul pour lancer une idée, on ne va pas bien loin. Que si on est un groupe et qu'on est motivé, justement, on fait avancer les choses.

Et vous êtes nombreux comme délégués écoresponsables dans votre lycée ?
En tout on est quatre. Et on est tous ici aujourd'hui (aux Rencontres nationales des écoresponsables ndlr) pour, quand on va rentrer dans notre lycée, faire profiter aux autres de ce qu'on a appris.

Parlons des rencontres. Quel est pour toi l'intérêt de ces rencontres ?
L'intérêt c'est qu'on puisse tous se mettre en commun et essayer de trouver des idées à mettre en place pour l'avenir. Par la réflexion en groupe, on arrive à des petites idées qui, mises bout à bout, lancent la marche vers une responsabilité de tous, à faire le tri ou à voir la vie différemment.

Tu as pu récupérer ou faire émerger des idées aujourd'hui ?
image film.jpg (0.3MB)
Cliquez pour agrandir
On a pu mettre des idées en commun, on en a retiré des grandes lignes. C'est vrai que ces idées n'ont pas été mises sur le devant de la scène lors de la rencontre (avec le Ministre de l'Agriculture, ndlr), c'est bien dommage. On aimerait bien les faire parvenir un peu plus haut. Là ça passe un petit peu à la trappe.

On avait mis en commun des idées et y'en avait une qui était ressortie : mêler le côté scientifique à des recherches de projets professionnels dans les établissements. Par exemple, Monsieur le Ministre parlait de méthanisation.
Ã?a serait bien qu'à l'avenir quelques élèves l'aient en projet professionnel. En BTS ou dans des filières bac pro : qu'ils s'amusent à faire des maquettes, qu'ils prennent la chose au sérieux et qu'ils puissent le faire installer dans leur établissement pour qu'on ait vraiment une démarche de responsabilité de la part des élèves, de la part de l'administration et des personnels. Et c'est sur que là on arrivera vraiment à changer la donne.


Et vous avez envisagé des moyens de les faire parvenir plus haut ?
Comme le disait M. le Ministre, il va falloir prendre des initiatives personnelles pour les faire monter plus haut. Par la suite, essayer de monter un groupe ou, dans mon futur métier, essayer d'inclure ça directement pour continuer dans cette lancée.

Tu envisages déjà ton futur métier en lien avec l'environnement ?
Je l'envisage du fait que je suis très intéressé par tout ce qui est toiture et murs végétaux. Je voudrais bien lancer cette idée de réintégrer le jardin qui est un petit peu oublié en ville, et de le refaire découvrir sous forme de petite scène ou sous forme de toiture.

image energie.jpg (0.2MB)
cliquez pour agrandir
C'est ré-apporter le plaisir à ceux qui ne peuvent pas l'avoir. Ceux qui sont en ville dans un appartement, il ne peuvent pas avoir de jardin. Mais si on leur met à disposition un bout de jardin pour leur expliquer comment ça pousse et quand les récolter, ils réapprennent les gestes simples, qu'on a quasiment tous oubliés, même si certains ont quelques bases.
Le fait d'avoir à mettre les mains dans la terre, responsabilise au fur et à mesure. En plus, ça pourrait nous permettre d'économiser un petit peu d'énergie par rapport à tout ce qui est étanchéité des bâtiments, isolation, etc.

Donc oui, j'ai cette optique là, pour plus tard, de l'inclure dans mon futur métier.


Entre la situation actuelle et ce qui s'est dit pendant ces journées, t'es plutôt optimiste sur l'avenir ?
Optimiste oui, en sachant qu'il va falloir faire un grand effort et lancer l'effet d'écologie un peu plus que ce qui a été dit. Sur le principe, on nous a expliqué certaines bases. Mais pour porter l'idée plus haut, il faut vraiment s'investir.

Pour en savoir plus sur les rencontres, consultez l'Echo Responsable réalisé par les lycéennes de la Sardières avec Globules pendant les rencontres.


Pour plus d'idées, voir les témoignages des écoresponsables et les ressources en EDD sur le site d'éducagri ou sur Envies scolaires et Ecodélégués