La dégradation des terres impacte d'ores et déjà les deux cinquièmes de l'humanité

ladegradationdesterresimpactedoresetdej_image-sol.png
Thèmes abordés (Lesquels, liens avec les référentiels)  : l'état des sols
agriculture et développement durable
Présentation succincte : Un rapport sans précédent de plus de 100 experts mondiaux révèle une dégradation inquiétante des sols de la planète. Plus de 3 milliards de personnes sont déjà affectées, et plusieurs dizaines de millions pourraient être contraintes de migrer.
"Avec des impacts négatifs sur le bien-être d'au moins 3,2 milliards de personnes, la dégradation de la surface terrestre par les activités humaines pousse la planète vers une sixième extinction massive des espèces", révèle le professeur Robert Scholes. Ce scientifique co-préside l'évaluation de la dégradation et de la restauration des terres produite par la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les systèmes écosystémiques (IPBES). Cette évaluation a été approuvée samedi 24 mars par les représentants des Etats membres de cette instance, réunie à Medellin en Colombie pour sa sixième réunion plénière.

L'aggravation de la dégradation des terres causée par les activités humaines mine le bien-être des 2/5 de l'humanité, entraînant l'extinction des espèces et intensifiant le changement climatique.
IPBES
Il s'agit de la première évaluation mondiale de cette ampleur portant sur cette question. Réalisée par plus de 100 experts venant de 45 pays différents, ce travail s'appuie sur plus de 3.000 sources scientifiques, gouvernementales ou locales. Elle constitue la deuxième évaluation thématique de cet organe chargé de fournir les meilleures données scientifiques pour éclairer les politiques en matière de biodiversité. Son premier rapport, remis en mars 2016, était consacré aux pollinisateurs.

Consommation élevée et croissante par habitant :
"L'aggravation de la dégradation des terres causée par les activités humaines mine le bien-être des deux cinquièmes de l'humanité, entraînant l'extinction des espèces et intensifiant le changement climatique", résument les chercheurs.
Les causes de cette dégradation incontrôlée ? L'expansion rapide et la gestion non durable des terres cultivées et des pâturages, qui résulte de la surconsommation dans les économies les plus développées combinée à une consommation croissante dans les pays émergents et en développement. "La consommation élevée et croissante par habitant, amplifiée par la croissance démographique continue dans de nombreuses régions du monde, peut conduire à des niveaux insoutenables d'expansion agricole, d'extraction des ressources naturelles et minérales et d'urbanisation - entraînant logiquement des niveaux plus élevés de dégradation des terres", pointe l'lPBES.

Ce phénomène se manifeste de plusieurs façons, relèvent les auteurs du rapport : abandon de terres, déclin des populations d'espèces sauvages, perte de qualité des sols, de pâturages et de ressources en eau, déforestation. Certains milieux comme les zones humides paient un lourd tribut puisque les chercheurs chiffrent les pertes à 87% depuis le début de l'ère moderne. Si la dégradation remonte loin dans le temps, elle a tendance à s'accélérer. Pour la seule année 2014, plus de 1,5 milliard d'hectares d'écosystèmes naturels ont été convertis en terres cultivées. Au final, selon les chercheurs, moins de 25% de la surface de la Terre a échappé aux impacts substantiels de l'activité humaine. Terres cultivées et pâturages couvrent désormais plus d'un tiers de la surface terrestre.

Cette dégradation des terres est un facteur majeur de changements climatiques et ces derniers sont considérés comme l'un des principaux moteurs de la perte de biodiversité. Le rapport met en avant la déforestation, qui contribue à elle-seule à environ 10% des émissions de gaz à effet de serre d'origine anthropique, ainsi que la libération de carbone jusque là stocké dans les sols. Compte tenu de l'importance des fonctions des sols en la matière, "l'évitement, la réduction et l'inversion de la dégradation de terres pourraient fournir plus d'un tiers des mesures d'atténuation des gaz à effet de serre les plus efficaces d'ici 2030 pour maintenir le réchauffement climatique sous l'objectif de 2°C visé par l'Accord de Paris", soulignent les auteurs.
Auteur-e-s de la ressource :
  • Laurent Radisson pour Actu- environnement
Titre de la ressource : La dégradation des terres impacte d'ores et déjà les deux cinquièmes de l'humanité
Complément de titre : Volume, etc.
Outil pédagogique de l'enseignement agricole : Non
Date de parution : 27 mars 2018
Éditeur : Actu-environnement
Type de ressource : Fichier téléchargeable
Mots clés :